05 décembre 2010

Quoi de neuf sur le petit écran ?


La série animée WordWorld, Le Monde des Mots est proposée en diffusion quotidienne dans Ludo Zouzous sur France 5 depuis le 28 août, et trouve son prolongement sur monludo.fr. A peine un mois après son lancement sur France 5 dans Ludo Zouzous, la série rassemble déjà jusqu’à 313 000 téléspectateurs sur les 4+ et 15.4% de parts de marché sur les 4-10 ans le samedi matin ! (source Médiamétrie). Suite à ce succès fulgurant, une première collection de livres dérivés de la série animée ludo-éducative WordWorld, Le Monde des Mots sera lancée prochainement aux Editions Gallimard Jeunesse.

TF1 Production se relance dans l’animation avec Les Mini Ninjas. D’un format de 52 x 11’, ce projet en 2D pour les 6-10 ans est adapté du jeu d’action-aventure éponyme développé par Io Interactive et édité par Eidos Interactive.

La série dérivée d’Arthur et les Minimoys sera quant à elle diffusée en 2012 sur France Télévisions. Coproduite par Europacorp et la société de production d’animation Zagtoon, la série d’animation en 3D Arthur et les Minimoys est entrée en production pour une livraison fin 2011. D’un format de 52 x 13’, elle devrait être diffusée en 2012 sur France 3.

L'Ipad... et les enfants


Nathan a lancé son application Tchoupi sur iPhone et iPad. Les touts petits vont vouloir utiliser l’iPhone de papa et maman pour retrouver leur copain Tchoupi ! Le premier épisode est consacré aux couleurs et permettra aux enfants de découvrir les couleurs et de dessiner avec les doigts.

Apps of All Nations a présenté iStory, une nouvelle application pour l’iPad proposant à l’heure actuelle neuf livres enfantins interactifs en français. Six nouvelles histoires seront disponibles avant la fin de l’année. Fondée par la Française Isabelle Duston, Apps of All Nations s’est déjà illustrée dans la conception d’applications pour l’iPhone/iPad avec notamment iCuisine, éditée en 10 langues. Avec iStory, Apps of All Nations permet aux jeunes lecteurs de s’imprégner totalement de leur lecture par le biais d’interactions auditives et visuelles. Une nouvelle manière de lire révolutionnaire !

Avec iStory, le jeune lecteur interagit complètement avec son livre… Il « vit » vraiment sa lecture car il peut interagir avec l’histoire par le biais d’animations à l’écran, ce qui stimule son imagination et le pousse à continuer à lire. Il voit par exemple des bulles apparaître sur les pages de son livre ; il peut non seulement les toucher mais aussi les faire éclater. Ainsi, le format amusant et avenant d’iStory encourage les enfants à consacrer davantage de temps à la lecture. L’enfant peut choisir d’écouter la voix du narrateur ou de lire l’histoire par lui-même, en suivant les animations au fil du récit sur l’iPad.

iStory est bien plus qu’une simple application de lecture de plus pour iPad ; chaque livre est en fait une application à part entière, avec sa propre icône, permettant aux utilisateurs de trouver et d’ouvrir les livres que leurs enfants adorent lire directement à partir de l’un des écrans d’accueil de l’iPad. Avec les nouvelles histoires déjà disponibles dans l’iTunes App Store, les enfants resteront connectés des heures durant, tout en s’amusant et apprenant à la fois, grâce à ces histoires pédagogiques se révélant être de véritables leçons de vie.

D’ici quelques semaines sortiront encore six nouvelles histoires interactives. Les iStories sont disponibles dans l’iTunes App Store au prix de 2,99€, hormis Je suis qui moi ? qui est gratuite.

Quelles tendances pour Noël ?

Selon l'étude annuelle de Twenga réalisée par Novamétrie auprès de 3.000 internautes européens, dont 501 Français, entre le 27 septembre et le 7 Octobre 2010, 53% des Français déclarent que leur budget de Noël 2010 est identique à celui de 2009. Pourtant, leur budget aurait augmenté de 20%. 29% souhaitent dépenser moins et 15% voudraient augmenter leur budget.

L'étude démontre que 87% des internautes français envisagent d'être plus attentifs aux prix et de les comparer davantage en ligne avant d'acheter (82%). Pourtant, lorsque l’on demande aux internautes de calculer le montant de leur dépense, une hausse de 20% est constatée par rapport aux fêtes de l'année précédente. Chaque Français prévoit de dépenser en moyenne 366 euros, contre 306 euros en 2009.

Parmi les premiers foyers de dépenses pour Noël, on retrouve les jouets bien sûr ! Alors quels seront les stars de cette fin d'année ?

NPD a révélé une bonne progression du marché des jeux et jouets (+4%) pour les 9 premiers mois de l'année de 2010. Les jeux de construction (+23%) et les peluches (+13%) ont connu des croissances à deux chiffres. Le marché français approche des 890 millions d'euros. NPD anticipe une augmentation des ventes de jouets aux alentours de 2 ou 3% pour l'ensemble de l'année.

Parmi les tendances fortes de cette fin d'année, on peut relever l’engouement pour la cuisine porté par la télévision, la folie des animaux de compagnie, la vague écolo et les innovations high-tech avec la Barbie vidéo girl et la nouvelle Vidéocam.

Le marché du jouet décline l'engouement pour la cuisine que suscitent les nombreuses émissions télévisées avec la cuisine de Play Doh (Hasbro), la fabrique de bonbons Haribo de Canal toys, le kiosque à bonbons de Sentosphère, la nouvelle cuisine bilingue de Fisher Price (Mattel) et bien sûr le jeu Master Chef de TF1 Games.

Comme chaque année, le marché du jouet surprend avec ses nouveautés et propose quelques innovations fortes. Les enfants sont toujours avides d'électronique et cette année Vtech lance sa nouvelle Vidéocam qui, comme l'appareil photo numérique qui l'a précédée, promet d'être un succès retentissant en Europe. Mattel se met également à la vidéo avec Barbie vidéo girl, la première poupée mannequin avec caméra intégrée!

Le grand écran a toujours un impact sur le marché du jouet et cette année, Toy Story se présente comme l'événement cinéma majeur. Alors que la licence se classe en 4e position au mois de septembre, les ventes devraient continuer leur envolée d'ici la fin du mois de décembre.

Les phénomènes cours de récréation continuent avec l'engouement pour Bakugan qui enregistre de bonnes ventes depuis l'année passée. Nous constatons aussi l'arrivée, voire le retour, de Tech Deck, mais également de Beyblade qui surpasse toutes les autres licences depuis la fin septembre.

Malgré tant de nouveautés sur le marché du jouet, certaines catégories classiques ont toujours le vent en poupe. La construction se porte très bien sur toutes les tranches d'âge, de même que les figurines où Playmobil décline de nouvelles thématiques riches comme l'école, le zoo, les chevaliers dragons ou encore les princesses, pour ne pas oublier les filles. Les poupées mannequins progressent elles aussi (+6%) avec le retour de Princesses Disney de Mattel, porté par le dernier film mettant en scène Raiponce. Les jeux de société se reprennent depuis le mois d'août avec de nombreuses nouveautés et autour d'un thème fort: la sociabilité et le plaisir de jouer ensemble en famille.

Le marché du jouet, tout comme l'ensemble des marchés de grande consommation, commence à s'intéresser à l'environnement et quelques produits “écolo” ou à caractère scientifique ont fait leur apparition dans les rayons cette année. Aux côtés des jeux en bois classiques, NPD anticipe de bons résultats pour les produits liés aux magazines “C'est pas sorcier” et “Ushuaïa”. Les jeux de plein air ont aussi remporté un bon succès pendant l'été avec une croissance de 5% à date.

Dans plusieurs segments comme la peluche ou les mini poupées, on retrouve un réel attrait pour les animaux de compagnie. Nous connaissions déjà les résultats exceptionnels des Littlest Pet Shop de Hasbro. Ils se partagent dorénavant les rayons avec les Zhu Zhu Pets, les hamsters de Preziosi, les Furry Frenzies et FurReal Friends, encore chez Hasbro, et le Kididog de Vtech.

Grâce à de nouveaux produits ou des concepts collections, le marché du jouet connaît en ce moment un nouveau rebond chez les adolescents. La nouvelle gamme de Wow Wee / Sablon, les Paper Jamz, qui propose des instruments de musique de choc grâce à de nouvelles technologies, illustre parfaitement cette tendance. Les 12 ans et plus sont aussi toujours friands des gammes Magic the Gathering et Warhammer.

Parce que nous le valons bien !

Yahoo! a présenté sa nouvelle plateforme exclusivement dédiée aux femmes et plus spécifiquement à la cible des 25-45 ans, Yahoo! Pour Elles, accessible depuis la page d’accueil www.yahoo.fr et depuis d'une url spécifique. Sa vocation : accompagner les femmes au quotidien mais également dans toutes les étapes importantes de leur vie. Le site lancé simultanément en France, Espagne, Italie et Grande-Bretagne, propose un décryptage des dernières tendances, une actu défrichée mais aussi des infos pratiques, des astuces, des vidéos et des avis d’experts… Le tout regroupé en neuf thématiques essentielles : Mode, Beauté, Bien-être, Love & Sexe, Vie active, Famille, Cuisine, Déco et Astro.

Les contenus proviennent de publications en ligne comme le Journal des Femmes, Vogue, Glamour, Doctissimo, Psychologies.com, FemininBio, Le Figaro Madame, Marie Claire, Marie Claire Maison, Avantages, Cosmopolitan, Famili.fr, Magicmaman, MaViePro, Grazia, PureTrend, Top santé et Omega TV pour les vidéos. Des articles sont également produits en exclusivité par une équipe de journalistes contributrices et d’éditorialistes aux profils variés. Chaque article peut également être commenté et partagé par les internautes via Facebook et Twitter.

AuFeminin.com a lancé sa web TV dédiée aux femmes le 22 septembre dernier. Conduite par le slogan "On se fait du bien !", cette web TV diffuse de nombreuses émissions, telles que "Quoi de meuf ?", "Avancer avec les femmes" ou encore "Nous et la planète", mais également des mini-documentaires, des débats entre femmes, des web-séries, des reportages et un fil d'informations en continu, proposé en partenariat avec France 24.

Jalou Net vient d’être créee en joint venture par les Editions Jalou pour le développement digital des marques des Editions Jalou. Ainsi, est prévu d’ici à la fin de l’année, le lancement de lofficielmode.com, loptimum.fr, une refonte de larevuedesmontres.com , et pour le premier trimestre 2011, le blog jalouse.fr deviendra un site Internet. Cette alliance de compétences permettra à Jalou Net de proposer, dans les prochains mois, une offre tri-médias digitale (Web, iPhone, iPad) sur les marques : L’Officiel, L’Optimum, Jalouse et La Revue des Montres.

Le site internet de Marie Claire Idées sur les loisirs créatifs a été lancé sur un concept mi gratuit, mi payant. Il y a un accès libre pour tous avec la possibilité dʼaller plus loin dans le service via un abonnement : on a alors accès aux explications détaillées des œuvres à réaliser, et aux schémas précis quʼon pourra avoir très vite à taille réelle, tout comme on pourra consulter en ligne les 20 ans d'archives du magazine. Ce site permet au groupe de décliner une marque complète, print et web autour des Loisirs Créatifs. À côté des fiches créatives et des actus de la rédaction, le site s'enrichit de toutes les archives du titre, de la boîte à idées des unes et des autres, et la possibilité est même offerte aux internautes de créer leur propre blog, et d'échanger leurs idées et créations. Les quasi 2000 fiches proposées peuvent se croiser au fil des recherches par technique, objet, thème ou du numéro de magazine à retrouver. Ces évolutions accompagnent également une progression publicitaire notable du magazine : papier: + 63% ( janvier-novembre 2010 vs janvier-novembre 2009 - Adexpress) avec 141 pages réalisées. Enfin, dés janvier 2011, grâce au partenariat exclusif avec le site siandso.com, les lectrices pourront ouvrir des mini-boutiques en ligne pour vendre leurs créations.

La BD : quel avenir ?


Zoo, gratuit de la BD, passera à 140 000 exemplaires en 2011 après trois ans d'existence. Ce gratuit de la bande-dessinée, du jeux vidéo et de l'actualité culturelle va augmenter son tirage dès 2011. Actuellement à 100 000 exemplaires certifiés OJD, Zoo va augmenter son tirage et passer à 140.000 exemplaires en 2011. Le magazine à succès est diffusé nationalement dans les Fnac, Virgin, Centres culturels Leclerc et cinémas MK2.


12 éditeurs de BD : Bamboo, Casterman, Circonflexe, Dargaud, Dupuis, Fei, Fluide Glacial, Grand Angle, Jungle, Kana, Lucky Comics se sont associés pour proposer aux internautes un large choix de BD numériques sur internet, plus de 600 titres qui s’enrichira chaque mois d’une centaine d’albums. L’offre de base propose la location, la lecture en streaming, d’un album à partir de 1,99 euros. La plateforme est également disponible via les sites des libraires et notamment chez Dialogues, La Procure et Mollat. Enfin, Izneo intégrera de nouveaux supports de lecture pour répondre aux attentes des lecteurs.

Quelles sont les grands débats autour de la BD numérique ? Une T.V.A basse, le prix unique du livre numérique, et surtout sur la lutte contre le piratage. Pour l’instant, les éditeurs appliquent les contrats existant sans avoir de réelle solution. C’est une démarche de tâtonnement, un modèle à défaut. Le numérique, pour l’instant, coûte de l’argent, ça n’en rapporte pas.

L’essentiel est de trouver une position commune, une synergie, avec l’ensemble de la chaîne du livre, du libraire à l’éditeur, en passant par les auteurs et les diffuseurs car il y a de réels dangers à un éclatement du milieu de l’édition. Par exemple, un livre papier pourrait sortir à 12 € et deux mois avant sa version numérique à moitié prix.

Un point sur les activités des ados

Consojunior a publié une étude sur les loisirs des ados réalisée auprès d'un échantillon de 7.000 Français de moins de 20 ans. L'étude Ado et Loisirs a concerné, quant à elle, les jeunes de 8 à 19 ans, soit neuf millions d'ados.

En voici les principaux enseignements :

68% des 8 à 19 ans pratiquent une université extra scolaire. Les ados combinent les activités entre elles. L'écoute de la musique et le surf sur Internet sont en forte évolution depuis 2006.

Les 8-10 ans préfèrent les activités ludiques et culturelles, les 11-14 ans aiment les BD et les jeux vidéo et découvrent les technologies, alors que les 15-19 ans sont plus branchés musique et multimédia et aiment ne rien faire ou aller à des concerts. Le niveau d'études des parents impacte les loisirs des ados: un niveau d'études supérieures favorise la pratique d'activités extra-scolaires et la diversité de leurs centres d'intérêt.

Côté lecture, ils y consacrent en moyenne 1h20 par jour. L’attachement est très fort chez les plus jeunes. La multiplication des genres intervient essentiellement à l’adolescence. Les 8-10 ans plébiscitent les BD et les mangas, mais aussi les romans d’aventure, les romans fantastiques et policiers. 90% des jeunes de 8 à 19 ans ont fréquenté une salle de cinéma dans les 12 derniers mois. Les 11-14 ans privilégient les films policiers, de science-fiction et d’aventure. Du cinéma au salon, ils poursuivent la séance et achètent la vidéo et le CD, s’ils ont aimé le film et la musique. Les ados de 15-19 ans recherchent le grand frisson avec les films d’épouvante, les films romantiques et les films à suspense.

80% des ados de 8-19 ans déclarent regarder des vidéos sur Internet, en priorité des clips, des bandes-annonces et des séries. Les 15-19 ans sont les plus grands utilisateurs de la vidéo sur Internet, les 11-14 ans apprécient les clips, et les plus jeunes les dessins animés. Les ados pratiquent en très grande majorité les jeux vidéo. Le type de jeux varie selon l’âge: les 8-10 ans sont attirés par les héros de dessins animés ou de série TV, alors que les 11-14 ans préfèrent les jeux de gestion (Viva Piňata) ou de sport en mouvement. Les 15-19 ans pratiquent les jeux de tir, de stratégie et de rôle (Oblivion, Final Fantasy…).

Les 11-14 ans se déclarent incollables sur les dernières nouveautés musicales.

L’Étude CONSOJUNIOR Kantar Media a sondé les ados (11-19 ans) sur leurs usages des Nouvelles Technologies et leurs habitudes sociales.

En 2010, 80% des ados possèdent un MP3, 77% un mobile et 92% surfent sur Internet.

Même si l’utilisation très traditionnelle du magnétoscope et le lecteur DVD perdure, aujourd’hui, les jeunes multiplient les supports technologiques pour accéder à des contenus vidéo : consoles de jeux, mobile, MP4, ordinateur et Internet.

La contrainte légale sur le téléchargement a eu un impact sur les comportements : on observe une nette baisse des pratiques de téléchargement : 46% des jeunes téléchargeaient régulièrement de la musique en 2008, ils ne sont plus que 42% en 2010. Ils favorisent l’accès à des contenus en streaming, qui concerne 91% des adolescents en 2010.

On observe une baisse dans la pratique des blogs, au profit des réseaux sociaux, dont l’usage se déploie réellement massivement entre 2008 et 2010, puisqu’on passe de 15% de connexions régulières à 50%. On voit donc bien ici la rapidité avec laquelle s’imposent des nouvelles pratiques : de nouveaux sites (facebook) savent fédérer une grande majorité des jeunes. Les réseaux sociaux ne sont pas un objet d’inquiétude pour les parents.

Non seulement les ados maîtrisent très bien les outils technologiques, mais en plus, ils ont une agilité particulière pour passer d’un outil à l’autre, pour accéder à un même type de contenu.

Le premier usage du téléphone mobile chez les jeunes est le SMS, loin devant le simple fait de téléphoner. Plus de la moitié des jeunes se servent de leur mobile pour regarder l’heure, mais aussi pour écouter de la musique, faire des photos ou faire des vidéos.

Effectivement, les temps passés devant les écrans ont tendance à augmenter ces dernières années, mais cette tendance n’équivaut pas à de la désocialisation, bien au contraire : les jeunes passent du temps sur facebook pour communiquer, échanger avec leurs amis, entretenir leur réseau. Les technologies sont juste un « moyen » de faciliter leur vie : communiquer avec les copains, regarder des films et séries, écouter de la musique, jouer… elle s’est aujourd’hui véritablement intégrée à leur mode de vie.

L’étude annuelle sur la lecture des jeunes à l’ère du digital, menée pour le compte de Scholastic éditeur de livres et revues pour enfants, et l’institut d’études et de marketing Harrison Group, auprès des jeunes de 6 à 17 ans et leurs parents a de son côté révélé que le temps consacré à la lecture de livres diminue alors que celui passé sur internet ou sur les mobiles à correspondre avec ses amis augmente.

Pour les parents, l’utilisation des nouvelles technologies par leurs enfants affecte négativement le temps passé à lire des livres, à pratiquer du sport et à passer du temps avec leur famille. Les nouveaux terminaux du type liseuse électronique, tablettes, pourraient en revanche fortement inciter les jeunes de 9 à 17 ans à lire des ouvrages (plus de la moitié des jeunes de 9 à 17 ans interrogés).

Les mamans et leurs nouvelles habitudes de consommation et d'achat


Les résultats d'une étude de l'institut des mamans réalisée en mars-avril 2010 auprès d’un échantillon représentatif de 450 mères d’enfants de moins de trois ans confirment l'influence de la crise dans les pratiques de consommation des mères de jeunes enfants.

86% des mères de tout-petits déclarent “acheter plus souvent qu’avant en promotion”. 75% “achètent plus souvent qu’avant des marques distributeurs”. L’intensification de la recherche de promotions et de marques de magasins se révèle une évolution marquante de la crise car elle concerne plus de trois mamans sur quatre aujourd’hui. Deux types de comportements, moins répandus (ils concernent moins d’une maman sur deux) sont aussi le recours aux marques et produits 1er prix (42%), et au hard discount (33%).

La recherche de promotions touche “à minima” 63% des mères pour les achats de petite puériculture et atteint son plus haut score (78%) pour le textile bébé. C’est surtout dans le domaine de l’alimentation bébé que les jeunes mamans déclarent se tourner plus souvent qu’avant vers les discounters (21%). La crise a bel et bien changé la façon de consommer des mamans.

Selon une étude de l'Institut des mamans réalisée en mars 2010 auprès d’un échantillon représentatif de 450 mères d’enfants de moins de trois ans, outre son statut de circuit de distribution, Internet joue un rôle central de source d'informations pour les mères.

42% des cyberacheteuses utilisent des comparateurs de prix (kelkoo, achetermoinscher, etc.) et à égalité pour 18% d’entre elles, les forums d’internautes (ciao …) et les guides d’achat (leguide, shopoon …).

Près de 3 mamans sur 4 (73%) fréquentent les sites de vente à distance comme La Redoute, les 3 Suisses … Viennent ensuite les sites de magasins pour 55% d’entre elles, les sites de ventes privées (38%), à égalité les sites d’enchères et de mise en relation acheteurs/vendeurs type eBay et les pure player (uniquement présents sur leWeb) pour 35% des mamans puis les cybermarchés (8%).

Le secteur du textile et du vêtement est très prisé par les mamans (89%). Le site privilégié par les mères de petits pour leurs achats en ligne est l’enseigne historique de VAD, avec une offre dominante sur la layette et le vêtement, Vertbaudet (44%). Le deuxième poste de dépense sur le Web est celui des jouets, hors jeux vidéo, avec une pénétration de 50%. En troisième position, viennent les produits culturels: CD, DVD, livres … (44%). Pour ces deux catégories de produits jouets et culture, l’offre sur Internet est aussi largement représentée par de nombreux sites Web et enseignes.

Internet représente une part moindre des achats des mamans sur d’autres secteurs-clés comme la puériculture, petite ou grosse (respectivement 30 et 21%), l’hygiène soin enfant (23%) et le baby food, les laits infantiles (8%). Les marques ont un rôle à jouer car la demande est forte: près de 3 mères sur 4 (73%), aujourd’hui non acheteuses sur Internet, déclarent une intention favorable à l’achat en ligne… si l’offre se montrait plus satisfaisante.

Internet joue donc un rôle-clé dans les achats des mamans. Une pratique qui devrait, par ailleurs, poursuivre sa progression car, toujours selon l'étude, 45% des mamans déclarent acheter de plus en plus via Internet pour leur enfant.

Une jeune maman cherche à s’informer, puis à partager sur Internet. 66% des cyberacheteuses veulent des conseils pratiques, des astuces, des bonnes idées. Les mamans sont en attente d’informations pour les accompagner au quotidien, dans leur vie de mère. En deuxième position, les mamans souhaitent des informations sur les produits et les marques (37%). On retrouve ce besoin de s'informer au regard de l’inscription très forte (87% des jeunes mamans), à une newsletter (une ou plus).

L’échange d’informations et d’expériences est aussi très important chez les mamans. Internet leur permet de partager facilement et quand elles le souhaitent, à leur rythme. Une attente qui concerne 21% des jeunes mamans (recherche prioritaire d’un "réseau" de mamans (forums, chats, clubs…), score qui ne devrait pas faiblir au vu de la progression actuelle des réseaux sociaux dans les foyers.

Du nouveau dans les kiosques !

Marmiton est devenu le leader des sites de recettes sur internet avec 50886 recettes mises en ligne, 9,4 millions de visiteurs uniques par mois et 100 millions de pages vues. Pour fêter ses dix ans, le site web Marmiton.org du groupe Aufeminin.com a lancé son magazine. Ce numéro spécial anniversaire proposera les meilleures recettes, astuces et informations déjà présentes sur le Web. Il décline habilement la version online, privilégiant l’aspect communautaire, proposant de nombreuses recettes et apportant de nouveaux éclairages sur des sujets tendance. Au menu : des dossiers thématiques qui suivent la saison et les tendances, des recettes succulentes pour surprendre son entourage, des illustrations alléchantes, des astuces malignes et de nombreuses autres rubriques pratiques qui satisferont gourmands et gourmets. Ce numéro réunit pas moins de 140 recettes, dont les 100 plus appréciées des Marmitonautes. Dix grands chefs ont également accepté de participer à cette édition spéciale en revisitant les classiques de Marmiton. Le magazine a été tiré à 140.000 exemplaires au tarif de 3,90 euros. Le groupe continuera l'aventure en fonction des ventes du numéro.

Les pétroleuses est un nouveau féminin généraliste libre et impertinent écrit avec légèreté, à la manière d’un Blog. Il est destinée aux femmes de 25 à 45 ans, citadines, connectées, qui aiment la mode, soucieuses de leur look, de leur forme, de leur alimentation. Le concept global est doté d'une structure 360° et se déclinera sous la forme d'une émission télé, d’une plateforme online et d’une édition de livres pratiques. Ce magazine est un condensé d'histoires vraies, sur un ton décalé, impertinent, direct, plein de dérision et d’auto-dérision... Les Pétroleuses c'est à la fois un support d’information et de divertissement et un catalogue de “bons plans” qu’une grande communauté de “copines” se passent : adresses secrètes, infos pratiques... une grande boîte à outils agrémentée de points vues de femmes qui ont une vie ordinaire mais un regard extra-ordinaire. Décliné autour de 8 grandes rubriques, le mensuel de 96 pages est vendu au tarif de 2,95€ et a été tiré à 130 000 exemplaires. L'objectif de diffusion est d'environ 65 000 exemplaires. L'éditeur des Pétroleuses, One plus One Presse prévoit de lancer un magazine télé de type talk-show version téléréalité, un site internet, une boutique en ligne et une série de guides pratiques.


Gala s'est décliné en 3D pour la première fois ! Gala a sorti une édition intégralement en 3D, accompagnée d'une paire de lunettes. La presse se lance donc à l'assaut de la 3D et ouvre de nouvelles possibilités.


Spartoo.com, le spécialiste de la chaussure sur Internet a lancé un magazine payant baptisé Too. Vendu 1 euro en kiosque, ce féminin est consacré pour les deux tiers à l'actualité de la mode, aux rencontres avec les créateurs, aux sujets sociétaux et un tiers au shopping. Ce magazine de 132 page au format poche vient se positionner en complément du site internet. Le numéro 1 de Too, qui est trimestriel, a été tiré à 150 000 exemplaires.


Dans le secteur très concurrentiel de la presse féminine, Lagardère Active et le Groupe Marie Claire fusionnent Be et Envy. Dans un contexte porteur mais concurrentiel, Lagardère Active et le Groupe Marie Claire ont décidé d’unir leurs forces sur le marché des nouveaux hebdos féminins générationnels.

Le Groupe Express-Roularta lance Zeste, un magazine de cuisine nouvelle génération pour les lecteurs qui veulent cuisiner simple et bon et retrouver le goût du fait maison. On y trouvera des recettes toujours faisables, des produits testés par la rédaction, des conseils vraiment utiles. Le premier numéro de novembre 2010 / janvier 2011 est publié -et offert- avec les numéros de novembre-décembre de Côté Sud, Côté Paris, Côté Ouest, Côté Est et Maison Française. Ce magazine trimestriel sera à partir de mars 2011 diffusé en kiosque à environ 90 000 exemplaires.

Des nouveautés web rien que pour les parents !

Allo Famille a enfin ouvert son site web qui propose de nombreuses informations sur les sorties et le films à voir en famille. Les parents y trouveront beaucoup d’idées de sorties, de musées et d’ateliers à faire faire aux enfants sur toute la France. Pour l’instant en version provisoire “béta”, le site Allo Famille proposera une version plus complète en partie payante en 2011.

L'enseigne de puériculture Bébé 9 a lancé un dispositif web original, en appelant les parents à filmer des moments d'émotion avec leurs enfants. Les Bébémotions visent à renforcer les liens entre les parents et futurs parents. Depuis fin septembre et ce pendant neuf semaines, les parents ont pu déposer leur vidéo sur un site dédié. Neuf vidéos vont être sélectionnées par un jury de professionnels et de blogueuses influentes avant d'être diffusées dans un format de neuf secondes en soirée sur M6 et W9, dès janvier 2011. Pour faciliter l'échange de ces vidéos, le site Bébé 9 dédié propose un lien avec Facebook, Windowslive, Twitter, iGoogle et Netvibes. Les internautes peuvent visionner les vidéos et voter pour leur favorite. Les plus appréciées seront ensuite soumises au jury, qui déterminera les vidéos qui seront diffusées à la télévision.

Les 190 points de vente relaieront cette opération par des kakémonos, des mini flyers... mais aussi sur le site Bébé 9 en home page et sur tous les autres supports de communication: tracts, mailings, e-mailings, sans oublier le consumer mag de l'enseigne “Nos Bébés à nous”. Enfin, une campagne de relations presse sera menée sur des blogs influents et dans la presse écrite. Les objectifs de cette campagne sont le développement de la notoriété de l'enseigne et de la relation de proximité avec les futurs parents.

Ca bouge du côté des distributeurs !

L'enseigne pour enfants de 0 à 12 ans Eveil & Jeux a opéré une refonte de son site Internet et a déployé sa nouvelle stratégie de communication digitale : un seul site pour deux univers: Eveil et Jeux, de 2 à 12 ans est désormais accessible à la même adresse qu'Eveil et Jeux Bébés, de 0 à 2 ans. En faisant panier commun, les deux marques de distribution espèrent optimiser leur trafic et leurs ventes.

Il comporte également de nouvelles fonctionnalités de recherche par tranches d'âge et catégories de produits, très pratiques pour trouver ce qu'on cherche parmi 1800 références. Chaque mois, des nouveautés et exclusivités sont offertes aux visiteurs, ainsi que des promos continues et des ventes Flash. Le lancement de cette nouvelle version du site a été soutenue par une campagne d'achats de mots clés et d'envoi de mailings segmentés. La refonte s'est aussi accompagnée d'une présence sur le réseau Facebook, qui annonce 3500 fans enregistrés dès les deux premières semaines ! Ils aiment particulièrement la section "Les Perles" qui regroupe toutes les meilleures citations entendues chez les petits.

Le site enregistre pour l'instant pas moins de 50% du chiffre d'affaires de l'enseigne (130 millions d'euros au total) et accueille quelque 4 millions de visiteurs chaque mois. Un pic de 14 millions d'internautes est généralement observé pendant les fêtes de fin d'année.

L'enseigne du jouet américaine Toys'R'US, numéro un du marché français, a annoncé l'ouverture de sa boutique courant septembre. Le site Internet marchand www.toyrus.com / www.babiesrus.fr vient en complément de l'expansion du nombre de magasins Toy'R'Us, aujourd'hui au nombre de 42 en France et montre une volonté claire de développer la puériculture. Des fonctions de recherches multi-critères facilitent la navigation. Les consommateurs trouvent sur le site des informations sur les produits, peuvent voter sur ces mêmes fiches articles et également partager leur expérience de shopping en ligne via Facebook et Twitter. Des promotions attractives, une navigation aisée et intuitive apportent une réelle valeur ajoutée au site.

Les 314 magasins JouéClub ont quant à eux désormais leur application iPhone, un outil pratique pour trouver les points de ventes, découvrir des sélections de jouets ou lire de nombreuses actualités sur les loisirs des enfants. L'application iPhone propose des actus, le catalogue, la recherche d’itinéraire pour aller au magasin le plus proche et des offres exclusives de jouets ainsi qu'une fonction bien pratique pour enregistrer les dates d’anniversaire de tout le monde et ne pas les oublier.

Nature & Découvertes a créé terraludo.com, un site internet de vente de produits destinés aux enfants de 0 à 12 ans, où la fidélité est récompensée. 30% des produits Nature & Découvertes sont des articles de puériculture . C’est pourquoi la marque, qui fête ses 20 ans cette année, vient de lancer le site internet BtoC www.terraludo.com, contenant 2000 références de puériculture, de jeux et jouets. La boutique en ligne propose 12 vitrines imaginées selon les moments-clés et les rituels plaisirs de l’enfance, tels que "Mes premières sorties avec papa et maman" ou "Je joue dans ma chambre". Sur terraludo.com, la fidélité est récompensée: 7% du prix de la commande est crédité sous la forme d’une réduction à valoir sur le prochain achat. Par ailleurs, le site propose une livraison rapide, sous 48 heures, et une extension de garantie de cinq ans, offerte sur certains produits.

Opération séduction : les ados ne sont pas en reste...

La Griffe de l'info est le nom du rue89 pour les 8-13 ans , un site d'info pour les jeunes ados qui vient d'être lancé par la société Tutti Kids. Au menu : dix rubriques telles que l'actualité, l'histoire, l'écologie, la citoyenneté ou les loisirs, ou le sport. Le but est d'aider les jeunes à se familiariser avec l'information sur le web. De plus,la griffe de l’info propose aussi une radio et une sélection de vidéos intéressantes. Enfin, Le site propose en plus un “Club des Petits Reporters“, où ils pourront découvrir le métier de journaliste et s’y essayer.


Chez Bayard Jeunesse, avec l’affaire Amanda, tome 1, les lectrices de ce roman interactif pourront participer à l’aventure grâce au site www.laffaireamanda.com, aux réseaux sociaux facebook et twitter et une application iPhone et pourront éventuellement être publiées.

Chez Gallimard Jeunesse, Pôle fiction accueille une nouvelle génération d’auteurs proches de leurs lecteurs. Ils écrivent pour les adolescents - les héros ont leur âge - et encouragent le dialogue avec eux à travers blogs, sites, séances de tchat, rencontres… Tous ont reçu de nombreux, Prix attribués par des professionnels comme par des jurys d’adolescents. Une collection poche axée sur deux grands genres : Filles (romance, évasion, humour, complexité des sentiments, romans d’apprentissage…) et Fantastique (fantasy, science-fiction, anticipation, dystopie…). Dès 13 ans, les adolescents auront la certitude d’y trouver ce qui a été écrit pour eux aujourd’hui, choisi avec la plus grande exigence de qualité. Avec un format et un prix « poche », Pôle fiction s’inscrit dans une démarche d’accessibilité et de grande diffusion. Avec toujours une même ambition : fidéliser de jeunes lecteurs afin qu’ils gardent le goût et la pratique de la lecture, et deviennent les lecteurs adultes de demain.

Nathan propose Backstage, une collection autour d’un concept inédit. Un roman pour un courant musical. À travers une fiction, chaque roman raconte l’histoire forte de personnages imaginaires plongés dans la vie d’artistes bien réels. A l’ère du MP3, qui est un formidable outil de transmission de musiques et de chansons, la nouvelle génération oublie l’existence de l’album, c’est-à-dire 12 chansons dans un ordre précis, sorti à une époque précise. Elle perd un peu le fil d’une histoire et d’une évolution. Chaque roman est écrit de manière incisive, énergique et actuelle. Les personnages de ces fictions ont une personnalité forte et des préoccupations d’adolescents, tels que la révolte, les relations amoureuses, le passage à l’âge adulte.

Les jeux vidéo devraient encore cette année caracoler en tête des ventes de Noël !


Dans le cadre du baromètre Pré-Kids’Mirror, Junior City a révélé les pratiques des enfants de 1 à 6 ans en matière de consoles et de jeux vidéo .

Premier constat : 39% des 1-6 ans utilisent une console de jeux vidéo. Les plus grands (les 5-6 ans) et les garçons sont les plus gros possesseurs de consoles. Quant au type de consoles les plus plébiscitées : la Nintendo DS séduit les 5-6 ans et les filles, alors que la V'Smile affiche des meilleures performances sur la tranche des 3-4 ans.

Concernant les jeux appréciés des enfants, Mario figure en tête de liste notamment chez les 5-6 ans (24% d'adeptes). Ses aventures attirent aussi les petits (1-6 ans) qui apprécient également les jeux d’action, Winnie l’ourson et Dora l’exploratrice. A noter que, si les filles, notamment les plus grandes (5-6 ans), se distinguent en jouant plus que les garçons à des jeux de stratégie, ces derniers préfèrent les jeux de sport, de combat et de courses. Enfin, alors que les enfants préfèrent les jeux ludo-éducatifs sur l’ordinateur, ils jouent davantage sur console à des jeux d'action, d'aventure et de combat.

L'écologie toujours au coeur des préoccupations

Le premier secteur où l’on constate cette révolution verte est l’alimentaire avec l’explosion du bio. Mais d'autres secteurs se lancent désormais à l'assaut de ce phénomène de société.

En cosmétiques, hygiène et beauté, l’offre s'est étoffée. Bébé Cadum par exemple proporse des produits sans paraben, de l’huile d’amande douce et beurre de karité bio tandis qu’on voit sortir les premiers parfums à la fois «écolos» et licenciés comme Secret Wings. En textile, le coton bio, a trouvé ses lettres de noblesse ! Mais attention, qui dit coton bio ne dit pas forcément produits respectueux de l’environnement… Les marques veillent de plus en plus à réduire l’impact carbone de leurs produits ou travaillent en partenariat avec WWF pour optimiser le transport, le tri sélectif, les économies d’énergie à l’usine etc. Cette mode des produits écologiques est lentement en train de s’étendre à toutes les catégories de produits.

La marque Ushuaïa trouve naturellement sa place dans ce combat pour le développement durable à travers tout un programme de licencing. Ushuaïa Junior revendique également sa place dans la promotion de l'écologie auprès des enfants.


Chez Hatier Jeunesse, L’écolo Dico de Gullia, a pour objectif d'apprendre aux enfants les gestes écolo. Un plateau de jeu est intégré à la fin de l’ouvrage pour tester ses connaissances de façon ludique.


La sensibilisation des enfants à l'écologie passe quant à elle entre autres par la télévision et des personnages emblématiques comme Bob l’éponge ou Dora, dont le message est clair : attention, c’est ta Terre et c’est à toi de tout faire pour la protéger. Les maisons de production se lancent de plus en plus sur ce créneau.

Qu'offrir comme livre à Noël aux enfants ?

Les Éditions Glénat proposent depuis octobre des bandes dessinées de Mickey et de Donald, en publiant les œuvres complètes des dessinateurs emblématiques comme Carl Barks et Don Rosa pour Donald, Floyd Gottfredson, Giorgio Cavazzano et Romano Scarpa pour Mickey. De nouvelles aventures viendront s’ajouter aux histoires déjà existantes. Les histoires des héros de Disney les plus connus n’avaient pas été publiées en librairie depuis plus de 15 ans.


Victorie Music, leader de la production musicale jeune public et de Tralalere, créateur de contenu plurimedia pour enfants, a lancé une collection de livres-CD et livres-DVD jeunesse dans lesquels textes, sons et images se complètent. Le livre illustre les textes du disque, chansons ou histoires, enrichi de petits plus prolongeant la lecture : jeux, poèmes, recettes de cuisine... tandis que le CD propose la version originale des histoires ou des chansons, avec versions instrumentales. Le livre raconte une histoire originale : contes de la tradition orale du monde, histoires inspirées d’une chanson, comptines en langues étrangères… tandis que le DVD met l’histoire en mouvement : chaque texte est prolongé par un film d’animation qui allie image et musique.

Hatier Jeunesse propose un livre-objet intitulé Les cinq sens... et les émotions à lire à plusieurs pour partager des moments de complicité et de tendresse. Des photos haut de gamme mettent en scène la vue, le toucher, l’ouïe, l’odorat, le goût mais aussi la joie, la tristesse, l’ouïe, l’amour, la peur, la solitude, l’amour, le bonheur...

De La Martinière jeunesse a lancé de son côté des livres-jeux d’apprentissage pour leur faire découvrir un univers tout en les amusant. Cette nouvelle collection propose 72 pages de jeux intelligents sur une même thématique pour que les enfants de 7 à 10 ans développent leur imagination et acquièrent les notions classiques telles que le calcul, les repères dans l’espace ou le dessin de précision. Quatre histoires reprises des grands classiques de la littérature ou des contes et des mythologies complètent cet apprentissage. Quelques exemples d'activités : Cache-cache (consiste à identifier un dessin caché sous un masque), Le bon chemin (il s’agit de relier un personnage à un objet), À tes crayons (coloriage ou dessin), Quiz Partie (10 questions à choix multiple sur un des thèmes repris dans les cahiers), La bonne silhouette (un dessin et des silhouettes, laquelle est la bonne ?), 10 erreurs à trouver (un même dessin – 10 différences), Tout en double… ou presque (le même dessin répété une dizaine de fois, sauf une), Le sais-tu ? (des dessins prétextes à approfondir ses connaissances), Cherche et trouve (des morceaux de puzzle extraits d’un dessin à replacer), Mots cachés (une illustration dont les légendes permettent d’extraire des mots que l’on doit retrouver dans une grille située en dessous)...

La réalité augmentée est une technologie qui permet de mêler réalité et virtuel. Elle est de plus en plus utilisée. En 2009, Nathan innovait et intègrait la réalité augmentée au livre : la page, filmée par une caméra, apparaîssait sur l’ordinateur. À l’écran, les objets ou les personnages se détachent alors du livre pour apparaître en 3D et en mouvement. Aujourd'hui , l'éditeur lance les coffrets "Cartes Dokéo+ en réalité augmentée". Après avoir téléchargé le logiciel sur www.dokeorealiteaugmentee.com, l’enfant présente l’une des cartes à la webcam, elle est détectée automatiquement et l’animation se lance sur l’écran. Il change de cartes autant de fois qu’il le veut et utilise les mouvement de son corps pour déclencher des réactions.
Larousse a lancé une collection pour satisfaire la curiosité des enfants de 7/9 ans : des documentaires 3D sur des sujets qui les passionnent, des textes clairs et précis à la pointe de la connaissance, rédigés par des experts.

Gallimard Jeunesse propose la valisette des drôles de petites bêtes, une drôle de petite valise avec 6 aventures des drôles de petites bêtes : Margot l'escargot, Patouch la mouche, Loulou le pou, Antonin le poussin, Marion et Simon les chatons et Edouard le loir. Lavalise contient aussi un jeu de devinettes sous forme d'éventail sur les 6 personnages.

Gallimard Jeunesse a également lancé une nouvelle collection de petits imagiers avec une pièce de puzzle à chaque page pour des réponses surprises aux questions des tout-petits.

Belin a lancé la collection La petite boule blanche dans laquelle de multiples notions pédagogiques. Christophe Loupy, enseignant en maternelle depuis plus de 20 ans, détaille les apprentissages que permet le jeu avec les formes géométriques utilisées pour représenter les héros de chaque album et avec le vocabulaire soigneusement choisi. Il a développé en milieu scolaire tout un ensemble d’apprentissages pratiques autour de la construction d’un personnage élément par élément et ses recherches démontrent qu’avec un outil simple et ludique, il est possible de travailler beaucoup de notions fondamentales indispensables au développement intellectuel du jeune enfant.

Fleurus propose des livres-puzzles contenant des dessins en 3D, un décor réaliste pour bien reconnaître les objet s interprétés tout en rondeur, plein de choses à trouver et à reconnaître, et des pièces détachables pour s'amuser.

Chez Milan Jeunesse, une nouvelle collection d’imagiers pour les 3-6 ans la vu le jour. Le concept de "L’Imagerie Milan petite enfance" repose sur 3 points essentiels : placer l’enfant au coeur de toutes les thématiques, représenter une société moderne et actuelle, entrer dans le savoir par l’image tout en tenant compte des nouvelles pédagogies d’apprentissage et des fondamentaux de l’école maternelle d’aujourd’hui. Chaque titre de la collection, commençant par un sommaire visuel, est structuré en 3 à 5 grandes parties. Dans chacune d’elles, les thèmes phares liés au sujet principal de l’ouvrage sont traités par doubles pages. Chaque grande partie se clôt sur une autoévaluation qui invite le jeune lecteur à valoriser son apprentissage, tout en l’ouvrant au dialogue et à l’imagination. En fin d’ouvrage, 5 doubles pages encyclopédiques de référence remplissent une fonction plus scolaire, et peuvent servir d’outils aux enseignants. Avec l’aide de ses parents, l’enfant peut apprendre à se servir de l’index détaillé pour rechercher rapidement un mot. L’identité graphique est fondée sur la primauté du visuel : tout doit être lisible par l’image.

20 juin 2010

Les paris en ligne, ça continue...


Le PMU a diversifié ses activités en se lançant dans les paris sportifs et le poker sur PMU.fr.

MSN s’est associé au PMU, leader des paris en ligne en France pour créer une rubrique "paris sportifs" sur la chaîne MSN Sports (http://news.fr.msn.com/sport), dédiée à l’offre PMU et intégrant tous les paris sportifs, y compris hippiques.

Le Groupe Lucien Barrière et la Française des Jeux ont lancé Barrierepoker.fr, un site de poker en ligne grand public.

L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), a attribué 17 licences à 11 opérateurs de jeux, afin de démarrer les paris dès le Mondial en Afrique du Sud (11 juin-11 juillet). Trois types de jeux sont concernés : paris hippiques mutuels, paris sportifs à cote en direct et "jeux de cercle" (poker), dont le lancement effectif a été repoussé au 28 juin. Parmi les opérateurs choisis, on trouve le PMU, la FDJ, Betclic, Sajoo, EurosportBet, France Pari, Table 14, Everest Gaming Limited, BES SAS, Beturf et Illiad Gaming.

En 2009, les 30 millions de joueurs français occasionnels ou réguliers ont dépensé 21,6 Md€ aux jeux d'argent et de hasard, dont cinq milliards pour les caisses de Bercy. Cinq millions de Français seraient prêts à parier en ligne lors de la Coupe du monde, selon un sondage pour le portail l'Officiel des paris en ligne. Et vous ?

L'Officiel des paris en ligne, plateforme indépendante, s'est structuré autour d'une triple promesse pour les internautes: accompagnement pédagogique, informations et conseils pertinents et des outils de comparaison des différentes offres des opérateurs. Ce projet a été lancé par Rachid Bakhtaoui, le fondateur d'Easybourse, auquel se sont associés notamment Pascal Chevalier (Netbooster), François Blum (Spir Communication) ou encore l'ancien ministre Bernard Laporte.

Interview des éditions Eveil & Découvertes


Moi : "Pouvez-vous me parler des éditions Eveil et Découvertes, de son histoire, de son positionnement et de ses objectifs ?"

Eveil et Découvertes : "Notre maison d’édition a été créée en 2005. Le positionnement initial était de proposer des supports ludo-éducatifs de qualité pour les tout-petits. C’est pour cela que les Editions Eveil & Découvertes ont d’abord travaillé les comptines, berceuses, et jeux de doigts.
Nous avons depuis élargi notre cible et nous développons des gammes pour les 0-16 ans environ.
Nous sommes animés par trois grands principes :
- Proposer des œuvres de qualité adaptées au jeune public
- Fournir aux parents et professionnels de l’enfance des outils d’éveil pratiques et efficaces
- Garantir l’accessibilité de nos collections (tant financièrement que techniquement) au plus grand nombre.
Nous travaillons tous les supports culturels : livres, CD, livres-disques et DVD, mais le livre-disque reste notre véritable expertise.
Nos produits sont éclectiques et garants d’une originalité plutôt rare dans l’édition jeunesse : ils sont écrits, chantés, réalisés par des personnalités reconnues et souvent inattendues dans un domaine tel que le nôtre. De grands noms de la littérature, de la musique et de la gastronomie nous ont déjà fait confiance au travers d’aventures éditoriales hors-pair : Olivia Ruiz, Sanseverino, les Weepers Circus, Alain Absire, Michel Cazenave, Gudule, Annie Pietri, Patrick Bertron, … pour ne citer qu’eux."

Moi : "Pourquoi avoir choisi de proposer une offre multimédia complète (livres, CD, DVD) ?"

Eveil et Découvertes : "La notion d’accessibilité est primordiale pour nous.
Nous nous adressons à des publics très différents (parents, professionnels de l’enfance ou enseignants) dont les attentes sont forcément variées. La complémentarité des supports proposés permettent de répondre à des utilisations différentes, dans le cadre familial ou celui plus formel de l’école ; avec un seul enfant ou en collectivité, …
De plus, la combinaison de différents supports, comme un livre et un CD par exemple, permet une durée de vie plus longue du produit, selon les différentes phases d’apprentissage de l’enfant.
Au-delà du support traditionnel que représente le livre, le livre-CD ou le DVD permettent d’appréhender le contenu d’une manière nouvelle. Et c’est surtout les conseils pédagogiques qui accompagnent nos produits qui ont séduit les parents, à la recherche de conseils et d’outils qui puissent les aider à participer au développement et à l’éveil de leur enfant."

Moi : "Comment vous différenciez-vous alors que l’offre de produits destinés à favoriser l’éveil corporel et intellectuel des enfants se démultiplie ?"

Eveil et Découvertes : "Nous nous différencions sur deux points essentiels :
- Notre expertise pédagogique : tous nos produits sont réalisés par des professionnels de l’enfance et bénéficient de la caution de l’ensemble de la sphère éducative : instituteurs, assistantes maternelles, animateurs de jeunes enfants.
- L’originalité de notre démarche éditoriale qui consiste à publier des auteurs et interprètes talentueux, reconnus, mais décalés par rapport au domaine de l’édition jeunesse"

Moi : "N’est-ce pas effrayant pour vous de voir arriver de nombreux concurrents indirects sur la toile à travers des sites destinés aux enfants (sites éducatifs, sites musicaux pour enfants comme Kinchou.com, etc.) ? "

Eveil et Découvertes : "L’arrivée de concurrents indirects sur la toile à travers des sites destinés aux enfants ne nous effraie pas spécialement, car nous croyons vraiment au bénéfice de supports « physiques », que l’enfant peut appréhender directement et qui contribuent à son développement.
Toutefois, nous ne nions pas qu’à leur actuelle les nouvelles technologies font partie de l’environnement dans lequel l’enfant évolue au quotidien, et nous avons déjà initié des partenariats avec des sites internet tels que Enfant.com, qui diffuse des petits clips animés illustrant nos comptines."

Moi : "A part la distribution online à travers votre boutique, avez-vous également opté pour une distribution classique physique ?"

Eveil et Découvertes : "Nous avons en effet une distribution classique en plus de notre boutique online. Nous sommes distribués dans les Fnac, Fnac Eveil & Jeux, Virgin, France Loisirs, La Grande Récré, Bébé Neuf ainsi que chez les libraires et disquaires traditionnels."

Moi : "Sur quels outils de communication (buzz, publicité, bannière, presse magazine…) et de fidélisation (parrainage) misez-vous ?"

Eveil et Découvertes : "En ce qui concerne nos moyens de communication, nous misons beaucoup sur les relations presse, l’organisation de partenariats et jeux-concours avec des radios et des magazines, la participation à des salons du livre régionaux et nationaux ainsi que les rencontres-dédicaces des auteurs et des artistes avec le public."

Moi : "La création d’un blog et d’une page facebook vous ont-ils permis de recruter des consommateurs et de créer du buzz autour de votre maison d’édition ?"

Eveil et Découvertes : "Notre page Facebook est effectivement un bon moyen d’accroître notre notoriété auprès du grand public, de communiquer sur les nouveaux projets en temps réel et d’annoncer les événements, qu’il s’agisse de séances de dédicaces ou de concerts. Cela permet également d’instaurer un rapport un peu moins formel et plus convivial avec nos auteurs, illustrateurs et collaborateurs qui peuvent laisser des messages sur notre mur, commenter nos photos…
Nous serons également bientôt visibles sur Twitter, qui est devenu un média incontournable pour les entreprises à l’heure actuelle."

Moi : "J’ai lu dans votre blog qu’Eveil et Découvertes avait créé un catalogue "vert" pour surfer sur la vague de la consommation responsable et de l’éducation au développement durable. Pouvez-vous m’en dire plus ?"

Eveil et Découvertes : "Certains de nos produits sont certifiés FSC et Imprim’Vert, ce qui signifie qu’ils ont été imprimés dans une démarche respectueuse de l’environnement. Le livre-CD Je joue avec l’orchestre Tralala en fait partie, et les claves qui sont vendues avec le livre sont fabriquées dans le Jura, à partir de bois issu de forêts gérées durablement.
Nous essayons donc, dans la mesure du possible, de valoriser au mieux cette démarche de respect de l’environnement.
Le plus important à notre niveau est de sensibiliser, à travers nos produits, les jeunes générations aux enjeux environnementaux actuels.
Dans cette gamme de « produits verts », nous avons par exemple le coffret 2 CD « 52 chansons vertes et bleues » de Maurice Reverdy, qui propose trois univers de chansons résolument écologiques ou encore la nouvelle collection de CD Ushuaïa Junior « Tout savoir sur les animaux » qui offre aux tout-petits une première approche originale des animaux, dans le respect de la nature et du règne animal."

Moi : "Quelles sont les pistes de développement de votre société et vos projets à venir ?"

Eveil et Découvertes : "Nous allons continuer à développer nos collections déjà existantes et qui fonctionnent très bien mais également promouvoir de nouveaux « projets signature » avec des grands noms de la Musique, de la Littérature et de la Gastronomie.
Nous venons d’ailleurs de faire paraître le conte musical « Pinocchio court toujours » sous forme d’un livre-CD totalement inédit. De nombreux artistes issus de divers horizons et générations de la chanson française ont participé à ce projet : Pierre Perret, Enzo Enzo, Sanseverino, Kent, Mathias Malzieu, Mustapha Kelaï.
Nous venons également de lancer une nouvelle collection de livres-CD centrés sur de grands personnages historiques dont le premier « Napoléon raconté aux enfants » a été réalisé par deux grands spécialistes de l’époque napoléonienne : Ronald Zins et Florent Vincent.
Dans le cadre de l’anniversaire de la naissance et du décès du Général De Gaulle, le prochain volume lui sera consacré. Il sortira en septembre, sous le patronage de la Fondation De Gaulle.
Nous collaborons également avec Bénédicte Guettier, célèbre créatrice de l’âne Trotro. sur une collection d’imagiers sonores totalement novateurs, dont le premier tome « Ferme ta boîte à camembert » est paru en mai 2010."

29 mai 2010

La sensibilisation des enfants au jeu vidéo et par le jeu vidéo


Créé en 2008 par un collectif de 10 partenaires composé des pouvoirs publics, d’acteurs économiques et d’associations suite à l’élaboration de la recommandation du Forum des droits sur l‘internet (FDI) « Jeux vidéo en ligne, quelle gouvernance ? », PédaGoJeux est le pionnier des sites de sensibilisation et d’information sur le jeu vidéo. Leur démarche est inédite et vise à mettre à la disposition des parents et des éducateurs un site de référence sur les jeux vidéo et leurs usages. PédaGoJeux aborde le jeu vidéo sous tous les angles avec l’objectif de donner aux parents les clés de compréhension de cet univers pour mieux accompagner leurs enfants.

L’AFA (Association des Fournisseurs d’Accès et de Services Internet) s’implique désormais dans le monde du jeu à travers un partenariat avec le site www.pedagojeux.fr afin d’expliquer aux parents quels sont les outils à leur disposition pour permettre aux enfants de jouer dans les meilleures conditions.

Le partenariat s’illustrera notamment par le relais et la mise en avant par l’AFA et ses membres des opérations PédaGoJeux ainsi que par la prise en compte des signalements de contenus choquants présents dans les jeux vidéos par le service d’assistance en ligne de l’AFA. L’AFA rappelle également aux parents qu’il n’est pas nécessaire d’interdire aux enfants de jouer mais qu’il faut faire respecter les règles de sécurité ou d’usages courantes à leurs enfants quand ils sont en ligne et éviter de faire jouer les enfants à des jeux inappropriés ou inadaptés à leur âge (classification PEGI pour les jeux vidéo).

En partenariat avec l'Éducation nationale, la société Calysto fait en ce moment le tour des établissements scolaires, du primaire au lycée, pour sensibiliser les enfants et adolescents aux dangers d'internet, des jeux vidéo et du téléphone portable.

De leur côté, Electronic Sports World Cup (ESWC) et PédaGoJeux s’allient pour sensibiliser les parents et les éducateurs à l’univers du jeu vidéo à l’occasion de deux événements qui auront lieu début juillet à Disneyland Paris : la « Coupe monde des jeux vidéo » et le « Mondial du jeu vidéo ». Avec PédaGoJeux, l’ESWC s’engage donc à sensibiliser ces publics aux enjeux de la protection de l’enfance et au bon usage des jeux vidéo, à fournir aux parents et aux éducateurs une approche pédagogique autour des problématiques soulevées par le jeu vidéo.

Dans le cadre de ce partenariat, PédaGoJeux disposera d’un stand sur le Mondial du jeu vidéo, distribuera des dépliants d’information et organisera une conférence qui répondra aux questions des parents.

Mais on voit également un nouveau phénomène se produire.... la sensibilisation des enfants par le jeu vidéo.

Ekoloko.com, lancé en janvier, est ainsi un serious game novateur qui a pour objectif de faire prendre de bonnes habitudes écologiques aux enfants à travers des jeux. Il regroupe plus de 500 activités autour de l’écologie. Les enfants ont de nombreuses missions à remplir : soigner la marraine de la jungle grâce à des plantes médicinales, lutter contre les bulldozers avec un canon en résine, délivrer des animaux sauvages pour les soigner, détruire les produits chimiques qui polluent les réservoirs d’eau, … et bien d’autres encore pour comprendre l’importance de la préservation de la planète, le respect de l’environnement et des différentes ressources dont il regorge comme l’eau ou les forêts, par exemple. Les jeunes écolos en herbe ont également la possibilité d’évoluer dans le jeu et de prendre plus de responsabilité envers la communauté. Avec leur communauté, ils font face à des catastrophes naturelles ou doivent lutter contre les actions des hommes qui mettent leur village en danger. Depuis son lancement, plus de 10 000 enfants s’y sont inscrits. Ils ont en moyenne entre 7 et 12 ans.

Netcity.org est un autre exemple de jeu pour éduquer les enfants aux dangers des nouvelles technologies. A l’occasion de la semaine de l’Internet le 20 mars dernier, l’association Action Innocence a lancé Netcity.org, un serious game en ligne pour les enfants de 9 à 12 ans. Le jeu leur permettra d’appréhender les dangers d’Internet de façon ludique et pédagogique.

L’enfant se créera un avatar grâce auquel il évoluera sur différentes plateformes ludiques et interactives. Dans chaque jeu, un risque est abordé et un message de prévention est divulgué. Les thèmes évoqués sont les suivants : la protection des données personnelles, la réaction à adopter face à des contenus choquants, l’attitude appropriée face à une personne qui propose un rendez-vous via internet… Le jeu se déroule en deux parties. La première est consacrée à l’acquisition des notions de base pour se protéger des dangers d’internet et des nouvelles technologies. Dans la seconde, l’internaute accèdera à d’autres de différents niveaux. Plus l’enfant remportera de points, plus il aura de chances de participer à la compétition engagée avec les autres internautes en entrant dans la liste des meilleurs joueurs.

La saga des jeux en ligne se poursuit…

Alors qu’approche l’ouverture en juin du marché à la concurrence des jeux en ligne, l’actualité devient brûlante…

La loi "relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne" (paris hippiques, paris sportifs et "jeux de cercle" comme le poker) a enfin été promulguée. L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a été créée, les conditions de la délivrance des agréments (licences d'exploitation de ces jeux) aux opérateurs approuvées, et les compétitions sportives et les types de résultats sportifs définis par l’Arjel. Ce dispositif va permettre l'ouverture effective du marché français des jeux en ligne à l'occasion de la Coupe du monde de football (11 juin - 11 juillet) en Afrique du sud.

Près de trois millions de joueurs de jeux en ligne devraient miser sur les sites légaux en France, rapporte une étude de par Francis Merlin, délégué général du "Monaco igaming exchanges". Elle estime qu'entre 1,8 et 2 millions de joueurs seront présents dès cette année sur les sites légaux en France et qu'entre 2,7 et 3 millions devraient l'être en 2011. Selon ce document, quelque 2,7 millions de personnes jouent actuellement aux jeux en ligne en France : 2 millions sur des sites illégaux (800.000 pour les paris sportifs, 600.000 pour le poker, 600.000 autres pour les autres jeux de casinos); 700.000 sur les sites légaux de la Française des Jeux (400.000 pour les paris sportifs) et du PMU (300.000 parieurs hippiques).

Toutefois, les contraintes fiscales sont trop importantes pour inciter les opérateurs illégaux à prendre une licence en France. Selon cette même étude, les joueurs ne trouvant pas nécessairement chaussure à leur pied au sein de l’offre légale devraient continuer à jouer sur des sites illégaux. Le montant de la perte de chiffre d’affaires du marché français liée aux sites illégaux en 2011 devrait ainsi s’élever à 450 M€ et la perte des recettes fiscales à 34 M€. Rappelons qu’aujourd’hui, les 2 millions de joueurs fréquentant les sites illégaux représentent une perte du chiffre d’affaires pour la France d’environ 1,5 Mds€ et une perte de recettes fiscales de l’ordre de 112 M€.

Des investissements en puissance… même si difficile à évaluer. En effet, Yacast estime le poids des dépenses médias du secteur jeux d'argent, paris, loteries et casinos au cours de l'année 2009 à 319,2 M€ bruts, en hausse de +65,2% tandis que Kantar Media quantifie le marché à 283,3 M€, en hausse de +28%. Télévision et Internet se situent selon Kantar Media en termes de part de marché à respectivement 31,2% et 31,6%. Puis viendraient la radio (19,4%), la presse (13,9%), la publicité extérieure (3,3%) et l'emailing (0,6%). Selon Kantar Media, 57,1 M€ ont été investis sur le premier trimestre 2010. Yacast annonce de son côté 102,9 M€.

Le CSA a toutefois présenté un dispositif d'encadrement de la publicité pour les opérateurs relativement contraignant, afin de protéger les mineurs, qui interdit toute communication pour ce secteur, dans les émissions et les services s'adressant aux enfants et adolescents, c'est à dire sur les chaînes et autour des émissions jeunesse. Elle est aussi proscrite dans les 30 minutes précédant et suivant la diffusion des programmes concernés. Le CSA leur demande d'adopter "une charte de bonne conduite" visant notamment à limiter les volumes de pub pour les opérateurs de jeux.

Les partenariats et le sponsoring semblent donc un moyen de communication confortable. NRJ préparerait ainsi une émission de télé-réalité sur le poker pour septembre en partenariat avec un des opérateurs. M6 a également annoncé des émissions de poker pour W9 mais aussi pour M6.

Un secteur en fort mouvement… On citera notamment Google, qui a acquis LabPixies, une société israélienne spécialisée dans des mini-programmes de jeux sur internet, adaptés notamment aux téléphones portables et Numericable, qui s’est associé à BetClic, opérateur de paris sportifs et de jeux en ligne, afin de permettre à ses abonnés de faire des paris en ligne en direct pendant des matches ou des courses à la télévision. L'idée est assez révolutionnaire puisque quand les gens regarderont un événement (le tiercé, le match de football, de tennis, etc.), ils auront la possibilité de parier en live et de voir ensuite le dénouement de l’évènement. Les abonnés pourront parier sur leur écran de télé, avec leur télécommande.

11 avril 2010

De nouveaux RDV très... féminins !

2009 a décidemment été une année très compliquée. La presse a perdu des annonceurs, des acheteurs, mais aussi quelques lecteurs, selon les résultats AEPM/EPIQ d'Audipresse. La presse magazine dans son ensemble a perdu 4,3% de ses lecteurs (48,7 millions de français lisent chaque mois un magazine) par rapport à la vague d’enquête 2008... Et pourtant...

Lagardère lance pourtant un nouveau concept : Be, la première marque média globale 360° à destination des jeunes trentenaires. Be comprend un magazine, une web radio, des supports mobiles, des émissions TV et vidéos. Le site be.com compte 400 000 visiteurs uniques pour un objectif de 700 000 visiteurs uniques à fin 2010. Le magazine est un hebdomadaire haut de gamme et chic construit autour de 4 rubriques : News, Mode, Beauté, Psycho/Sexo. L’objectif de diffusion est de 160 000 exemplaires.

Il se positionne donc comme un concurrent d’Envy, qui a dépassé ses objectifs de 25% avec 250000 exemplaires en moyenne sur les 3 premiers numéros. La marque envy continue également son développement sur les nouveaux médias. Après envy.fr et une application mobile spécifique sur IPhone, Envy a été la première marque média à proposer à ses lectrices le concept novateur de réalité augmentée sur mobile. Une innovation qui permet de passer d'un support à l'autre, et donne accès à de nombreuses exclusivités. Le principe : la lectrice prend en photo avec son mobile la couverture du magazine et se laisse guider. Le mobinaute accède alors à tous les avantages : cadeaux à gagner, bons de réduction, surprises...

En 2009, auFeminin.com a affiché un chiffre d’affaires de 28,8 M€, en progression de 17% sur l’exercice. En France, le Groupe a développé de nouvelles fonctionnalités, notamment l’application iphone des sites Marmiton et auFeminin et la version mobile de Smartadserver. Grâce à l’accord de partenariat signé avec Metro, plusieurs chats sont mis en place chaque mois et annoncés sur auFeminin.com et dans les pages du quotidien Metro. Les internautes pourront ainsi dialoguer en direct avec des personnalités de tous horizons, comme en décembre dernier avec le chef culinaire Flora Mikula ou l’écrivain Marc Levy.

Generali et Badiliz ont mené une enquête auprès des internautes du site badiliz.fr pour cerner les usages d'Internet dans la vie quotidienne des femmes. 93% des femmes actives, urbaines, de moins de 50 ans déclarent avoir effectué au moins un achat via Internet, pour elle ou leur proche. Elles considèrent ce média comme un facilitateur de leur quotidien, et mettent en avant le fait d’effectuer leurs achats quand elles le souhaitent (53%), le gain de temps (49%) et les économies générées (43%). Les produits les plus achetés en ligne sont les vêtements et accessoires (65%), les voyages (28%) et les produits de loisirs créatifs (20%).

67% des femmes surveillent leur compte courant au moins une fois par semaine sur le site internet de leur banque, et 69% d’entre elles consultent l’ensemble de leur épargne sur le site web de leur banque et /ou de leur assureur. Au delà de la simple consultation, la majorité d’entre elles déclarent désormais effectuer des opérations directement en ligne. Le téléphone mobile est devenu un accessoire incontournable qui leur permet de réaliser des actes en ligne quand elles veulent, où elles veulent. Ainsi, 55% des femmes possédant un smartphone téléchargent des applications pour les aider dans la gestion de leur épargne.

Pour répondre à ces nouvelles tendances, Generali est le premier assureur à lancer une application dédiée : iGenerali. Cette application permet aux épargnants de suivre en temps réel l’évolution de leur épargne et donne un accès au détail des valeurs et des performances des fonds souscrits, historiques et graphiques à l’appui. L’épargnant peut également entrer quand il le souhaite en contact direct avec son conseiller personnel, par mail, appel téléphonique ou SMS.

Interview de Laurence Ardouin, Directrice Éditoriale de Tribal Nova

Moi : "Pouvez-vous nous présenter Tribal Nova ?"

Laurence Ardouin : "Tribal Nova développe et exploite un large éventail de mondes virtuels (préscolaires et préados). Nous avons donc une grande expérience des univers virtuels et nous portons un grand intérêt à l’évolution générale du marché, tant en Europe qu’en Amérique du Nord."

Moi : "Pouvez-vous nous indiquer en quelques lignes les différences primordiales que l’on note entre un univers virtuel préscolaire et un univers virtuel destiné aux adolescents (ou pré-adolescents) ?"

Laurence Ardouin :
· "Un univers virtuel préscolaire est axé sur une première expérience d''immersion, l'accompagnement dans cette découverte par un personnage hôte et une offre de jeux, le plus souvent éducatifs.
· Un univers ado repose sur le recours à un avatar ainsi que des fonctions de communication, de socialisation et de personnalisation très présentes. Des éléments de quêtes, de jeux multi-joueurs, de scores et de classement peuvent venir se greffer selon les caractéristiques de la cible.
· Les univers préados peuvent prendre de nombreuses formes intermédiaires (parmi nos produits, ceci peut aller du domaine éducatif comme Bayardkids 7-12 ans au plus ludique comme Woozworld .

Moi : "Est-ce l’éducatif la clé pour séduire les plus jeunes… et surtout les mamans ?"

Laurence Ardouin : "La réponse varie selon la cible et Tribal Nova adapte ainsi ses produits en fonction des attentes de chacun :
· Les préscolaires raffolent de la découverte sous toutes leurs formes. Les parents apprécient de leur offrir une source d'exploration riche en interactivités et de les voir maîtriser progressivement l'outil informatique.
· Pour les préados, un aspect scolaire peut être perçu négativement et les inciter à s'éloigner du jeu. L'apprentissage ludique du monde qui les entoure, couplé à la notion de défi, de compétition ou de réalisation personnelle est une meilleure façon de coupler éducation et plaisir.
· Les ados souhaitent généralement s'exprimer et établir des relations interpersonnelles. L'aspect éducatif ne les concerne plus."

Moi : "Pensez-vous que donner aux enfants la possibilité de jouer un rôle dans un univers virtuel et de se sociabiliser à travers leurs personnages soit la clé du succès des univers virtuels ?"

Laurence Ardouin : "Le très grand éventail d'univers virtuels proposés aujourd'hui correspond à un spectre de besoins aussi large. La recherche menée par D. Gauntlett et L. Jackson au cours de l’expérience de Adventure Rock (http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/7415442.stm ) présente d'ailleurs une bonne segmentation des profils (explorateurs, profils sociaux, consommateurs…) et permet ainsi d'offrir des stratégies adaptées à chaque besoin."

Moi : "Sur quel type d’univers virtuel peut-on se permettre de faire passer des messages commerciaux pour qu’ils soient perçus et attractifs sans être trop présents?"

Laurence Ardouin :
· "Les ados, souvent confrontés à la publicité, acceptent naturellement des messages commerciaux quand ils leur permettent d'avoir gratuitement accès à certains produits/fonctionnalités qui seraient autrement payants (ex: Ourworld ).
· Les parents d'enfants plus jeunes ou qui recherchent un produit plus éducatif apprécient, par contre, des produits dénués de messages publicitaires. "

Moi : "Que pensez-vous des univers virtuels qui parviennent à se transformer en produits réels ? Ou des produits réels qui renvoient vers un univers virtuel (beaucoup de jouets notamment) ? Le lien avec la réalité est-il un gage de réussite ?"

Laurence Ardouin : "Ce couplage peut prendre de nombreuses formes, avec des avantages spécifiques pour chacun. Il faut en effet distinguer :
· Les produits conçus dès leur origine pour vivre sur les 2 plateformes (Barbiegirls.com ; Webkinz.com ) afin de se distinguer des concurrents existants et offrir à l'enfant un lien émotif et un rappel continu de l'offre virtuelle.
· Les produits qui proposent un prolongement en ligne (ex: Bayardkids associée aux magazines papier), que ce complément rend effectivement plus riches sur leur marché d'origine
· Des produits virtuels qui déclinent ensuite leur existence dans le monde physique (ex: Pixie Hollow de Disney et ses bracelets ) dont le prolongement permet des gains en viralité notables.
· Des formes plus novatrices de supports physiques destinés aux plus jeunes (Facechipz.com ) peuvent faciliter le transfert d'information et assurer la sécurité en ligne dans les réseaux sociaux.
Cependant, un référentiel moins tangible telles que des licences télévisées bien connues des enfants présente des avantages comparables sans le risque inhérent à la production et la commercialisation (tels nos mondes virtuels éducatifs aux États-Unis : PBS Kids Play au Canada : Kids’ CBC Wonder World )"

Moi : "L’univers virtuel doit-il être selon vous un univers magique et extraordinaire, ou bien doit-il coller à la réalité pour que les enfants y retrouvent leurs repères et fassent le lien entre la réalité et leur univers virtuels ?"

Laurence Ardouin : "L'intérêt d'un univers virtuel est, à mon sens, de ne pas être contraint par des considérations réalistes. Il est par contre profitable :
· De souligner aux plus jeunes (par le biais du personnage hôte et/ou du parent) les similitudes avec le monde réel pour accompagner leur apprentissage
· De tirer profit des repères et des goûts réels des plus âgés pour venir enrichir la conception et l'évolution du monde virtuel qui leur est proposé."

Moi : "De quels atouts, de quelle force une marque doit-elle, selon vous, disposer pour se transposer sur la toile ?"

Laurence Ardouin : "À défaut de recette magique, la réputation (ou le bouche à oreille chez les plus grands), couplé à des licences fortes (ex: le monde virtuel de Cars de Disney ) sont des éléments incontournables du succès."

Moi : "Les marques tentent par tous les moyens de séduire les enfants sur Internet soit en créant leur propre univers virtuel (c’est notamment le cas de Disney et Mattel), soit en s’associant à des sites existants (Playmobil et Kidnet, de nombreuses marques avec Stardoll…). Pensez-vous qu’il y ait de la place pour tout le monde ?"

Laurence Ardouin : "Si votre question concerne la transposition d'une marque vers le Web, il me semble naturel qu'il y ait autant de place sur la toile que sur le marché. Certains mondes virtuels deviendront une référence au-delà de leur marque tandis que d'autres demeureront dans leurs marchés niches, répondant aux attentes de leurs consommateurs."

Moi : "Quels modèles économiques sont les plus prospères aujourd’hui ? Est-ce les modèles reposant sur les inscriptions payantes, les modèles reposant sur la publicité, les modèles reposant sur la vente de produits virtuels ? Peut-être un mix de tout cela ?"

Laurence Ardouin : "Certains mondes virtuels reposent essentiellement sur l'abonnement, que ce soit des produits à forte valeur ajoutée (dominante éducative) ou des mondes virtuels bien établis (Dofus , Club Penguin ).
De nombreux produits couplent cet abonnement à des achats virtuels (ex: Wizard101.com , sacré meilleur jeu familial 2009 selon MMORGP.com) et à de fortes stratégies virales avec l'émergence du social gaming (ex: lien avec Facebook pour un grand nombre de mondes virtuels pour adolescents)."

Moi : "Pourquoi les univers virtuels se sont développés si rapidement ces dernières années ? Pensez-vous que ce soit pour « prolonger » l’expérience du consommateur / du spectateur sur la toile dans une optique multimédia ?"

Laurence Ardouin : "Deux critères expliquent à mon avis le développement des mondes virtuels:
· L'émergence et l'accessibilité aux jeux massivement multi-joueurs (ex : World of Warcraft )
· L'adaptation de ces principes de jeux, originellement réservés à une cible très spécifique (‘hard core gamers’) à une expérience occasionnelle et une cible toujours plus jeune.
Les joueurs peuvent ainsi jouer, à leur rythme, en collaboration (avec leurs amis dans le cas des jeux sociaux), dans un contexte où leurs actions même minimes provoquent des réactions visibles sur la progression du jeu.
C'est donc essentiellement l'autonomie, l'expérience personnalisée et la compétition qui ont offert ces nouveaux terrains de jeux où chaque marque peut décider de créer son propre domaine."

Moi : " Quelles sont les clés pour maintenir une communauté d’enfants ou d’adolescents active ? L’innovation en permanence ? Une actualité florissante ? Qu’est-ce qui les rend accro ?"

Laurence Ardouin : "La nouveauté et l'évolution sont les pierres angulaires d'une communauté en croissance.
· Chez les plus jeunes, la vie de la communauté passe par des nouveaux contenus et de nouveaux éléments de personnalisation (suivant les saisons ou les fêtes), éléments qui peuvent d'ailleurs évoluer au fur et à mesure des visites (ex: Bayardkids
3-6 ans )
· Chez les ados et les pré-ados, une communauté établie (bouche à oreille, population de joueurs), doublée et d'organisation d'évènements et d'ajouts progressifs de fonctionnalités sont les premiers gages de succès. "